Cuisinier de métier pendant 25 ans, et suite à un accident de travail, ma carrière professionnelle a connu un virage à 90° .

A 44 ans, je suis retourné sur les bancs de l’école pour y suivre une formation. Grâce aux cours suivis au Greta j’ai obtenu mon BAC PRO MRIM (Micro Réseau Maintenance Informatique) avec " mention Bien".

Malheureusement un deuxième accident de travail m’a obligé à revoir complètement mon avenir personnel et professionnel.

A 48 ans et décidé à continuer mes études.

Je suis parti de la région parisienne  à Mulhouse, en Internat durant 16 mois, au centre pour travailleur handicapés ou j’ai obtenu le BTS de développeur logiciel.

Etant devenu, suite à ces deux accidents, travailleur handicapé, je voyais lors des différents entretiens d’embauche que je ne rentrais pas dans le moule, et que mon cv faisait peur. Je rêvais d’un patron ouvert d’esprit.

 C’est pourquoi, j'ai choisi un poste, non en adéquation avec mes diplômes et mon savoir, mais un emploi qui me permette de vivre simplement, de ne pas être à la rue et de payer mes factures.

A l’aube de ma retraite, j’ai donc développé ma passion en prenant pour ligne de conduite cette expression.

“Choisir un travail que l’on aime c’est ne plus travailler un seul jour de sa vie.”

Mon savoir est diversifié et je suis autodidacte. De plus, j’ai une grande soif d’apprendre et de partager.

Je n’ai pas fait de sacrifice dans ma vie, car j’étais en bas de l’échelle.

Ma passion m’a obligé à me dépasser, à douter, à avoir confiance en moi, à balayer devant ma porte.

Elle m’a aussi apporté la soif de réussite, la découverte de l’Humain, et les rêves les plus fous.

J’ai organisé ma passion autour de ma vie personnelle.

Maintenant je peux concilier les deux.

 

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis